top of page
  • Thierry Lamblin

Rencontre avec Thierry Lamblin, dirigeant de la PME Jean Vandendriessche à Croix



La reprise d'entreprise, pour Thierry Lamblin, est évidemment un changement de vie mais c'est surtout une vraie vocation : celle du management d'une PME de peintures, Vandendriessche, à Croix, qu'il veut voir évoluer tout en conservant le savoir-faire qui en a fait sa notoriété.


De grands groupes à une entreprise de 20 salariés, il n'y a eu qu'un pas pour Thierry Lamblin. «J'avais envie de reprendre une entreprise et de passer sur de l'opérationnel, avec de la satisfaction client. Et aussi étonnant que cela puisse paraître, reprendre une entreprise de peinture faisait partie de mes rêves» explique cet ancien DRH qui pendant 30 ans, s'est forgé une carrière dans les grands noms du retail et de l'industrie.

Après une formation au CRA à Paris (l'association Cédants et Repreneurs d'Affaires facilite la transmission des TPE/PME des secteurs de l'industrie, des services et de l'artisanat, via des formations, ndlr), Thierry Lamblin reprend en 2021 l'entreprise croisienne Vandendriessche, créée en 1958 par Jean Vandendriessche, reprise ensuite par l'un de ses frères.


«Je suis le premier dirigeant qui ne porte pas le nom des Vandendriessche, autant dire que je porte vraiment cette reprise à cœur, pour pérenniser le savoir-faire des 20 salariés». Peinture, décoration, revêtements muraux et revêtements de sols, la PME travaille principalement en B to B (pour 80% de son chiffre d'affaires), que ce soit avec le secteur public ou privé.

Vandendriessche a aussi une expertise particulière : celle des églises et des grands édifices. C'est à l'entreprise croisienne que l'on doit par exemple les peintures de l'église d'Herlies ou d'un quartier de Villeneuve d'Ascq mais aussi celles de la prochaine exposition du Louvre-Lens.

Si Thierry Lamblin souhaite apporter ses compétences à la PME, il ne compte pas faire changer de cap à l'entreprise qui affiche un chiffre d'affaires de 3 M€ : «On ne va pas réinventer les choses. Nous restons sur des valeurs fortes : la fiabilité, la proximité et le savoir-faire. Mais je souhaite que l'on développe davantage notre faire-savoir, en prenant soin des équipes. Je veux que les salariés soient des ambassadeurs de l'entreprise» poursuit le lauréat du Réseau Entreprendre Nord. Depuis son arrivée, les salariés travaillent sont passés à une semaine de 4 jours et demi.


Parmi les projets du dirigeant, le développement de produits bio-sourcés – 90% d'entre eux sont aujourd'hui déjà éco-responsables – et d'une filière de formation en interne, avec le parrainage d'un jeune par un ancien. «La peinture, c'est avant tout de la préparation. C'est un métier d'exigence. Cette année, nous allons recruter un ou deux compagnons.». Avec dans le viseur, toujours une longueur d'avance pour devenir une référence.

Comments


bottom of page